Le saumon de fontaine

21 mai 2016 - 09:28

La pêche dans le Briançonnais est pour moi, une pêche sportive. Depuis plusieurs années, , 40 ans, je cherche les meilleurs endroits d'altitude pour pratiquer un de mes loisirs préférés mais aussi contempler la superbe nature sauvage qui s'offre à nous . Aujourd'hui je vais vous parler du saumon de fontaine, en latin Salvelinus fontinalis. Pourquoi vous commenter cette pêche ? Pour ceux qui viendront en juin 2017 avec nous, vous vous apercevrez que nous prendrons 80 % de saumon de fontaine , appeler parfois omble de fontaine ou truite mouchetée , et  20 % de Fario ou truite autochtone. Il faut d'abord grimper haut, pour le prendre dans des eaux claires et froides, voir au-delà de l'espace occupé par les autres salmonidés avec lesquels il peut cohabiter. C'est une caractéristique qui a justifié son introduction, juste au-dessous des glaciers ou des lacs de Haute altitude. On le reconnaît de la truite Fario par ses couleurs plus sombres, dos vert olive, ventre rosé parfois presque orange, et des bandes blanches qui délimitent l'extérieur de ses nageoires. A certains endroits que vous connaîtrez, il est bien le seul poisson à occuper le territoire. Il y arrive même à se reproduire mais il se nourrit de ses propres alevins et limite ainsi la concurrence. On le prend avec des petits invertébrés comme le ver de terreau, la teigne, la sauterelle et le mille pattes que nous trouvons sur place. Il prospère dans l'eau fraîche et oxygénée mais il n'atteint que rarement des tailles records. Il mord franchement et il arrive même que relâché, il se précipite à nouveau sur l'hameçon. Il est vorace. En conséquence , à bientôt pour le prendre et le déguster lorsqu'il  fait une maille de plus de 20 cm, un régal ...

Commentaires